Laval dévoile sa première Politique de l'arbre

Laval, le 8 décembre 2016 — La Ville de Laval conclut une année remplie d'initiatives environnementales des plus diverses en rendant publique sa toute première Politique de l'arbre. Ce document d'orientation a pour buts de connaître, faire connaître, protéger et valoriser l'arbre, mais également de sensibiliser citoyens et organismes aux bienfaits de la forêt urbaine.

« Nous sommes particulièrement fiers de dévoiler aujourd’hui la première Politique de l'arbre lavalloise, laquelle réaffirme l'engagement de notre administration en faveur d'un développement urbain qui s'harmonise avec la conservation des milieux naturels », souligne le maire de Laval, Marc Demers.

Une ville plus verte

En 2014, la Ville a réalisé une vaste consultation afin de constituer sa vision stratégique pour 2035. L'un des grands axes de cette vision parle d'une municipalité « vivante de nature », donc qui se préoccupe de développement durable et qui favorise le lien entre les citoyens et la nature.

« Laval a longtemps été considérée comme une ville de béton et de routes. Pourtant, près du tiers de notre territoire est en zonage agricole et la canopée (surface recouverte d'arbres) englobe plus de 21 % de la superficie de la municipalité. Les citoyens demandent que cette richesse soit connue, valorisée et respectée. La Politique de l'arbre prend acte de cette volonté et guidera le développement d'une ville plus verte pour les années à venir », explique Virginie Dufour, membre du comité exécutif, conseillère municipale du quartier de Sainte-Rose et responsable des dossiers environnementaux à la Ville de Laval.

Pourquoi une Politique de l'arbre?

En plus de répondre à une préoccupation des citoyens, la Politique de l'arbre identifie les défis auxquels la forêt urbaine doit faire face, par exemple l'épidémie d’agrile du frêne qui cause l'abattage de près d'un millier d'arbres par année. Elle présente aussi les solutions que l'arbre peut apporter, notamment aux problématiques de protection des berges, de pollution atmosphérique, de bruit et d'îlots de chaleur. La Politique reconnaît la valeur écologique de l'arbre (amélioration de la qualité de l'air, du sol et l'eau), mais aussi sa valeur économique: augmentation de la valeur foncière des propriétés, réduction des infrastructures nécessaires au drainage, prolongation de la durée de vie des routes, etc.

Ainsi, la Politique de l'arbre de la Ville de Laval permettra de:

  • connaître et faire connaître l'arbre, son état et ses bienfaits par la documentation et la diffusion d'information;
  • protéger, améliorer et valoriser l'arbre par la réglementation, l'entretien et la lutte aux nuisances;
  • sensibiliser, organiser et mobiliser les forces vives du milieu afin d'assurer la pleine mise en valeur de l'arbre sur notre territoire.

Bilan de l’année 2016

En plus de voir à l'élaboration d'une Politique de l'arbre, l'administration municipale a été très active au niveau de la mise en valeur des milieux forestiers dans la dernière année. Laval a notamment:

  • accueilli la 12e Conférence canadienne sur la forêt urbaine, qui avait pour but de susciter le dialogue entre professionnels et groupes communautaires au sujet des pratiques exemplaires en foresterie urbaine;
  • annoncé la création d’une Table de concertation pour la protection et la mise en valeur des boisés regroupant plusieurs partenaires du secteur environnemental;
  • constitué un nouveau comité de verdissement pour le secteur du Carrefour Laval dans le cadre de la Semaine lavalloise de la Terre;
  • investi 70 000 $ pour soutenir le projet de construction d’une boucle de sentiers « amis des aînés » au bois de l’Équerre;
  • octroyé un mandat à la Chaire de recherche sur le contrôle de la croissance des arbres de l'UQÀM pour la production d'une étude sur la résilience des arbres municipaux face aux changements globaux.

Notons également qu'en 2016, la Ville de Laval a planté près de 2 000 arbres en milieux naturels (berges, boisés, zones conservées) et urbains (ilots de chaleur, rues, parcs, écoles). Ces plantations ont été réalisées par différents services municipaux, dont les Travaux publics, l’Environnement et l’Ingénierie, et grâce à la collaboration de divers organismes, dont PlantAction, la Corporation pour la mise en valeur du Bois de l'Équerre, l’Association pour la Conservation du Bois Papineau, Éco-Nature, Les Clubs 4-H du Québec, SOVERDI et la Fondation TD des amis de l'environnement, pour un total de près de 500 participants bénévoles. Par ailleurs, au printemps, 825 plantules d’arbres et 350 amélanchiers ont été remis gratuitement aux citoyens lavallois lors de divers évènements organisés par la Ville.

Vers un plan de foresterie urbaine

Toutes ces initiatives culmineront en 2017-2018 par l'élaboration d'un plan de foresterie urbaine, qui permettra de définir des objectifs précis et de mettre en application, de manière pratique, la présente Politique de l'arbre.

« D'ici 2035, selon notre vision stratégique, nous entendons faire de Laval un véritable modèle d'aménagement urbain durable. Notre nouvelle Politique de l'arbre et les actions qui en découleront sont certaines de contribuer à ce virage vert et de favoriser l'amélioration du bien-être de tous les citoyens », conclut M. Demers.

 

- 30 -

 

Source :          Carolanne L.Gagnon, conseillère en communication

                        Service des communications et du marketing — Ville de Laval

                       450 978-6888, poste 4380, ca.gagnon@laval.ca

Catégories: 

Partager


Archives